Décembre 2009

  Jésus Christ, chemin vers une Eglise unie et

non uniforme, diverse et non divisée.

« Je vous exhorte, frères, par le nom de notre Seigneur Jésus Christ, à tenir tous un même langage, et à ne point avoir de divisions parmi vous, mais à être parfaitement unis dans un même esprit et dans un même sentiment.
Car, mes frères, j’ai appris à votre sujet, par les gens de Chloé, qu’il y a des disputes au milieu de vous.
Je veux dire que chacun de vous parle ainsi : Moi, je suis de Paul ! Et moi, d’Apollos ! Et moi, de Céphas ! Et moi, de Christ !
Christ est-il divisé ? Paul a-t-il été crucifié pour vous, ou est-ce au nom de Paul que vous avez été baptisés ?
Je rends grâces à Dieu de ce que je n’ai baptisé aucun de vous, excepté Crispus et Gaïus,
afin que personne ne dise que vous avez été baptisés en mon nom.
J’ai encore baptisé la famille de Stéphanas ; du reste, je ne sache pas que j’aie baptisé quelque autre personne.
Ce n’est pas pour baptiser que Christ m’a envoyé, c’est pour annoncer l’Évangile, et cela sans la sagesse du langage, afin que la croix de Christ ne soit pas rendue vaine. »  1 Corinthiens 1:10-17.                                                                                           

Sommes nous une Eglise unie ? Qu’est-ce que c’est qu’une Eglise unie ?     L’Eglise de Corinthe, elle, n’est pas unie. Elle est même empoisonnée par des divisions. Cette Eglise est pleine de : “moi, je...”, « Moi, je suis de Paul ! », « Moi, je suis d’Apollos” “Moi, de Pierre ». C’est un panier de crabes ! Elle devrait ressembler à Jésus Christ. Elle ressemble à la société qui l’entoure. Même le baptême est instrumentalisé ! Ce n’est plus une grâce du Seigneur, ce n’est plus un geste de foi humble, mais un quartier de noblesse, un argument : « moi, j’ai été baptisé par... donc mon opinion prévaut ». Paul en arrive à se réjouir d’avoir peu baptisé à Corinthe.                                                                                       

Quel but que Paul leur propose t-il ?
v. 10,
« qu’ils aient le même langage ; qu’il n’y ait pas de divisions parmi eux, qu’ils soient bien unis, dans la même pensée, avec le même objectif ». Alors laissons là Corinthe, et essayons d’entendre la parole du Seigneur pour nous.

L’Eglise est par nature, un lieu de grande diversité. Elle rassemble des hommes et des femmes, des familles et des célibataires, des riches et des pauvres, des intellos et des manuels, des jeunes et des vieux, des gens d’ici et des gens d’ailleurs, des modernes et des classiques, des gens de droite et des gens de gauche. Tout ce qui produit des cassures dans la société est aboli dans l’Eglise. C’est même la nature de l’Eglise de rassembler toutes ces personnes différentes. Nous avions déjà évoqué ce point voici quelques semaines avec l’épître aux Ephésiens. Cette diversité témoigne que tous les humains sont aimés de Dieu ; que tous sont au bénéfice de la Croix, du pardon, du salut. Il n’y a pas d’unité sans diversité, Pour unir une telle diversité il faut un puissant facteur. Ce puissant facteur d’unité, vient de Dieu par son Saint Esprit. La  diversité  est le contraire de la division. La division surgit quand on refuse la diversité quand l’on veut tout réduire à soi même, à ses opinions, à son point de vue. La diversité  manifeste la richesse de Dieu. La division appauvrit. La diversité  ouvre au partage, à l’échange, à la reconnaissance : Toi tu es une source de grâce pour moi. La division renferme chacun sur lui même et sur ceux qui lui ressemble ; elle rebâtit les murs que Christ abat. Souvenez-vous que notre foi est trinitaire : Un Dieu unique existant en trois personnes. N’est-ce pas l’exemple le plus haut de la diversité  et de l’unité ?
Pour Paul l’attitude corinthienne est contraire à la pensée du Christ. Elle est un comportement inspiré du monde. Elle est résulte d’un comportement prétentieux et égoïste, qui fait fi de l’enseignement de Jésus à propos de ce Royaume qu’il faut approcher comme des petits enfants : « Si vous ne devenez comme des petits enfants, vous n’entrerez pas dans le Royaume des cieux » (Mat 18 : 3).

L’unité dans la diversité est une conséquence du commandement : « Aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimés » (Jean 15 : 12).   L’exhortation de Paul : « Je vous encourage mes frères par le nom de Jésus Christ à tenir le même langage ». Ce langage commun, c’est le langage du Christ, le langage de la Croix. C’est la langue que nous apprenons à parler en apprenant à connaître la Croix, (v. 18) le langage de l’amour vrai, pas du sentimentalisme, pas du tout émotionnel.
Cette unité doit s’enraciner, c’est ce que Paul écrit aux corinthiens, dans « une même pensée et dans un même dessein ». Que demeure la parole de Jésus : « C’est à l’amour que vous aurez les uns pour les autres, que le monde saura que vous êtes mes disciples » (Jean 13 : 35). Soyez tous renouvelés dans cette grâce.                                                                     Amen !                                                                                                                              

 Richard Gelin 

    Passez de bons moments de fin d’année et gardez les commandements de Dieu. Lisez ces versets : Proverbes 23 : 21 /  1 Cor 5 : 11 / Luc 21 : 34

    Que Dieu vous bénisse et à la prochaine édition.

                                                              Amen

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site